Cette galerie retrace chronologiquement une sélection des premiers travaux de recherche de Lamia Naji.

« Vrais Rêves » : Cette série fut réalisée au Maroc entre 1992 et 1994 après un long séjour aux États Unis. Elle marque son retour aux sources, une recherche d’identité qui la conduit à découvrir son propre pays en solitaire dont « elle tente de palper le mystère, hantée par le mysticisme de ces lieux » ( Najat M’rini).

 

« Urban Nature » : Convaincue que la beauté ne peut être exclusivement inhérente à des lieux aussi magiques et atemporels que les Kasbahs du Maroc, Lamia Naji entâme une quête de lumière universelle au cours de séjours en Europe rendus possibles par l’octroi de plusieurs bourses et résidences (l’Unesco-Aschberg/ Fondazione Italiana per la Fotografia à Turin: automne-hiver 1994 ; Nederlands Foto Instituut à Rotterdam: automne-hiver 1995 ; Cité Internationale des Arts à Paris : 1996 -1997 ; Casa de Velàzquez 1997-1999).

Note : « Urban Nature » est le titre que j’ai donné à posteriori au travail que j’ai mené depuis le début de mes recherches « hors Maroc » incluant les travaux réalisés en Italie, à Rotterdam, puis à Madrid.

 

« Intimisme » : Cette série, réalisée au cours du séjour à la Cité Internationale des Arts à Paris, lui a été inspirée par la profusion impudique su nu dans l’imaginaire de cette ville. En lui déférant une identité fragmentée, Lamia Naji rend au corps son mystère et sa sensualité pudique.